1 June 2018

Lady by the Chateau - the bilingual nomad

(Voir plus bas pour la traduction française) 


The challenges of an Expat

The better part of my life has been determined by my parents' decision to move abroad when I was a child. From the moment I walked into a french classroom, unable to speak or understand more than a small handful of french words, my life had changed forever. I grew up in the wonderful rural french country-side instead of busy North-London. I was given the freedom to grow up in my own time.
The way I think, talk, work, imagine, dream has been influenced by this early introduction to the french language, culture and way of life. My bilingualism is a huge part of my identity and has been the root of much heart-ache in my young adult years.
I'm sure other expats can identify with this: not considering yourself English or French but a mixture of both, forever an English person to the Frenchies and a Frenchie to the English. Not fully one or the other but a mix of both - well that is what it is like for me, anyway. I am simply not an average British person because I didn't grow up in the UK. I am not an average French person because I am also British. I don't know one culture more than the other, either. An English person might come out with an expression I have never heard before in my life. My family might mention a Historical or Cultural event which I wasn't taught about in school. French friends might say an expression I simply don't understand. I might mix up words up when I speak English, and then mix up my words when I speak French. It's like I have two half-full glasses. That is literally the best way I can put it. So in what ways has my bilingualism influenced my perspective on life?

Une grande partie de ma vie a été influencée par une seule décision de mes parents : aller vivre à l’étranger et commencer une nouvelle vie. Dès que j’ai traversé la porte de l’école connaissant aucun mot de français, ma vie a complètement changé. J’ai eu la chance de grandir dans la compagne française au lieu d’un périphérique de Londres. J’ai pu grandir dans mon propre temps.

Cette introduction à la langue et culture française a influencé la manière dont je parle, pense, travaille, rêve et imagine. Ce bilinguisme fait partie de mon identité, mais elle m’a aussi fait beaucoup de peine ces dernières années. Je pense que c’est le cas pour la plupart des expatriés : on ne se considère ni français, ni anglais, mais un mélange des deux – toujours une anglaise dans les yeux des français et une française dans les yeux des anglais. Et encore ce n’est pas comme si j’ai une maitrise parfaite des deux langues et cultures, j’ai plutôt une connaissance de 80% des deux. Que ce soit une expression, un élément culturel ou sociale, il y’aura toujours des moments d’hésitations, malgré une éducation universitaire et un diplôme mention assez bien ! Pour bien vous expliquer tout ça, prenons une expression anglaise (lol) : c’est comme si j’avais deux verres à moitié pleins. Donc comment est-ce que ce bilinguisme a-t-elle influencé ma perspective sur la vie ? 


There and back again

I have a life both in France and in the UK, friends and family in both countries. Making the decision to live in one or the other is a very difficult one, one I am sure many other people like myself have had to make for different reasons. For me? It was work.
When you're considering moving back to where you were born, it feels like you have to choose which part of your identity you value the most when you what you really want is the perfect balance of both worlds. If only everything I loved and valued could be found in one place, one home. Hélas it can not and I need to decide how to deal with that. When I lived in London for a year I absolutely loved it, but I'd suffer severe homesickness and break down every single time I visited home. Now I'm back in France I miss my life in London. It's not fair and it's not an easy thing to explain to others.

I have noticed a pattern in my life, the threads of which were first assembled when I moved to France, then again at University in 2013. A couple of years here, a few months there. Going back and forth and ticking things off the list as I went, making new friends as I traveled between cities and countries before heading back off to plan the next chapter. This way of living works for me and it's always something I worked towards.

I've been able to learn, work and gain experience abroad and take home wonderful memories every single time. I've left parts of myself all over the world.
The thing is that this way of life prevents you from settling down anywhere and you could even say that it makes it impossible to establish any sense of security and stability. We've been conditioned to think about life a certain way: education, job, career, house, marriage, children, retirement. As soon as I start stepping off that path a little part of myself begins to panic. "You're setting yourself back years! Everyone around you has partners, a house, a set job, an established routine! Some of them even have children! You're just potting around! Sort yourself out!".
WELL. That is all a little bit overwhelming isn't it? The thing is I'm sure that some people who are reading this would agree with the idea that we should really put that sense of stability above all else. Because the unknown is scary. Not having a set routine is scary.
The worry of those around you about how you are going about life is just as hard to deal with as your own worry. Having to defend your choices makes you question those choices and doubt yourself. You start to feel the pressure building. Reminding yourself to be open to criticism and suggestions from loved ones is perhaps the biggest challenge of all.

J’ai une vie dans la France et l’Angleterre, des amis et de la famille dans les deux pays. Choisir de vivre dans un pays ou l’autre est un choix très difficile à faire. Beaucoup d’expatriés ont du faire cette décision pour une raison ou une autre. Pour moi c’était à propos du travail. Quand on considère retourner dans son pays d’enfance on a une question qui vient en tête : quelle partie de mon identité est-ce que je valorise le plus ? C’est bête parce qu’on ne devrait pas se poser cette question. Tout ce que je veux c’est que toute ma vie soit dans un seul endroit. Un ‘home’ (une autre expression que je ne peux pas traduire !). Malheureusement ma vie et toutes les choses que j’aime sont dans deux pays différents, et c’est à moi de décider comment je vais accepter et vivre avec ça. J’ai adoré vivre à Londres pendant un an mais j’avais le mal du pays à chaque fois que je visitais la maison. Maintenant que j’habite en France ma vie en Angleterre me manque.
J’ai remarqué que ma vie suit un certain modèle comme des motifs répétés sur une tapisserie, et les fils ont été rassemblés d’abord à mon arrivée en France puis encore à la fin de mes études supérieures. Quelques mois ici, un an là-bas. Je passais de ville en ville et même de pays en pays, tout en travaillant et faisant de nouvelles connaissances, puis je retournais à la maison pour préparer la prochaine aventure. C’est un modèle qui me va, et j’ai toujours fait l’effort de le mettre en œuvre.
J’ai pu acquérir des nouvelles compétences, faire des nouvelles expériences et connaissances tout en créant des supers souvenirs à chaque fois. J’ai laissé une partie de mon âme à travers le monde entier.
Cette mode de vie me convient, mais elle ne me permet pas d’établir une vie stable ou une sécurité financière. On a des réflexes conditionnels : d’abord c’est l’éducation, puis le travail, la maison, le mariage, les enfants puis la retraite. Dès que je commence à quitter ce chemin une partie de moi commence à paniquer : « Tu repousses ta vie ! Tu empêches le déroulement ‘naturel’ des choses ! Tout le monde autour de toi a une maison, des copains/copines, un bon boulot, une routine quotidienne ! Y’en a qui ont même des enfants ! Toi tu t’amuses ! Il faut que tu organises ta vie ! Bref. C’est assez lourd et stressant tout ça. En plus je suis certaine que y’en a d’entre vous qui valorisent fortement cette idée de stabilité et de sécurité, c’est important après tout.  L’inconnu ça fait peur. Ne pas avoir de routine quotidienne régulière ça fait peur.

L’inquiétude de ceux qui vous entourent est aussi importante que votre propre inquiétude. Il faut défendre ses choix et des fois ça vous fait douter. On commence à sentir la pression. Mais il faut être capable d’entendre les avis et les critiques de votre entourage, même si c’est difficile.


The nomad

I would partly blame my inability and unwillingness to settle anywhere on my bilingualism. I am part of two places and I believe my body and mind should belong to more than just one, or even two for that matter. I truly feel as though I should move around and continue to grow from whatever country or city I choose to live in. I mean moving to France changed my life for the better, so why shouldn't I embrace travel? Living abroad?
It might sound unrealistic. It probably sounds as though I am avoiding commitment or refusing to 'grow up'. It might even sound like I'm some ungrateful spoiled little brat. The world is too big for me to make a decision so early in my life. There are so many places and faces I have yet to see! I have already moved from one place to another, so it feels like the natural thing to do next is to move again, to open more doors and experience more.

Je dirais sans hésitations que c’est mon bilinguisme qui m’empêche de me poser. Je suis faite de deux pays et deux cultures et je pense que mon corps et mon esprit ne sont pas faits pour se poser dans un seul pays, même deux d’ailleurs. Je crois vraiment que je devrais continuer à bouger et voyager, et grandir dans tous les pays que je décide de visiter. Quand j’ai déménagé en France, ma vie s’est transformée, donc pourquoi ne pas continuer à voyager ? A vivre dans un autre pays ?

Ce n’est surement pas réaliste. Vous vous dites peut-être que c’est ma façon d’éviter les responsabilités, l’engagement, de devenir ‘adulte’. Vous pourriez même être en train de penser que je suis une petite fille gâtée et ingrat. Cependant, le monde est trop grand et je suis trop jeune pour faire une aussi grande décision. Il y’a tellement d’endroits que je n’ai pas encore visité, du monde que je n’ai pas encore rencontré ! J’ai déjà vécu une expérience importante en passant de l’Angleterre à la France dans mon enfance, donc c’est naturel pour moi de bouger encore une fois, et de continuer à élargir mes horizons et faire de nouvelles expériences. 



So what can you do, when your life is split between two places? This is a question I have been asking myself since I finished University. I'm afraid I still don't have the answers. Home is home but there is also life across the border, and it sucks that you can't be in both places at once, or that you don't have the budget to spend equal time in both places. Do you keep moving around? Do you figure out the pros and cons and make a final decision?

I won't be making a decision yet. My life motto is to take every experience that comes your way and to find home again when you're done. Then do it all over again. And again. Even if it prevents me from settling down and having any kind of security. I will always value that experience more.

I have been so lucky to have experienced living in different countries. Thinking back on it, I can't believe I was brave enough to do those things a few years ago, like when I moved to Canada for University. The thought of moving scares me even now, but the idea is still there. The desire to live globally is still there. From the beginning there was obviously a strong belief in my mind that it's something I should do.
I'm not being naive, this is obviously something I have given a lot of thought to. I'm completely aware that the more responsibilities I have the more limited I will become.

In conclusion, growing up in a foreign country changed my life for the better. I didn't have a 'normal' upbringing and although none of us knew it back then, a very unique path had been laid under my feet.
Living abroad may come with its pros and cons but ultimately it has given me a very special perspective on life. I am lucky enough to experience two very different countries as a local. I'm lucky to have family and friends in two different places. Being bilingual has allowed me to be more open-minded and curious, hungry for more of everything the world has to offer. It made me realise that living abroad is totally possible, because I managed to deal with it when I was 7. Why wouldn't I be able to deal with it now?

Alors, quoi faire lorsque notre vie est divisée entre deux pays ? C’est une question que je continue à me poser depuis la fin de la FAC. Je n’ai toujours pas les réponses. Chez soi c’est chez soi mais y’a des choses qui vous attendent à l’autre côté, et c’est vraiment nulle qu’on ne peut pas être dans deux endroits en même temps, ou que notre budget ne nous permet pas de se déplacer. Est-ce qu’on continue à bouger ? Est-ce qu’on fait une liste des avantages et des inconvénients pour prendre une décision ?
Je ne vais pas prendre une décision, pas encore. Ma devise c’est de profiter de chaque expérience qui se présente à vous, puis de retourner chez soi quand c’est fini. Et on répète, encore et encore. Même si ça ne me permets pas de me poser et d’avoir cette stabilité, je vais toujours donner plus de valeur aux expériences et aux souvenirs.
Je suis vraiment chanceuse d’avoir vécu dans plusieurs pays. En y réfléchissant, je ne sais pas comment j’ai pu faire tout ça il y’a quelques années, lorsque j’ai vécu au Canada pendant la FAC. Déménager ça fait toujours peur mais l’idée est toujours là. Le désir de de vivre globalement est toujours là. Dès le début il y’avait quelque chose dans ma tête qui me disait que je devais le faire. Bien sûr j’ai beaucoup réfléchi à tout ça. Je suis consciente du fait que lorsque j’aurais plus de responsabilités je serais plus limitée.
En conclusion, grandir à l’étranger a changé ma vie pour le meilleur. Je n’ai pas connu une enfance ‘normale’ et même si on ne le savait pas à ce moment-là, toutes mes décisions d’aujourd’hui ont été influencées par cette enfance plutôt unique.

Vivre à l’étranger a ses avantages et défauts certes mais ça m’a permis de voir le monde différemment. Je suis très chanceuse de faire partie de deux pays. Je suis très chanceuse d’avoir de la famille dans deux pays différents. Etre bilingue m’a rendu plus curieuse et ouverte d’esprit. Le bilinguisme à créer ce désir de voir plus du monde. Grace à ça je sais que c’est possible d’avoir une vie à l’étranger. J’ai réussi à faire tout ça quand j’avais 7 alors pourquoi pas maintenant ? 

Click on our 'France' page under the Travel drop-down menu to see more posts about Le Chateau de Chenonceau, our beautiful picture back-drop!

Holly x


SHARE:
Blogger Template Created by pipdig